Rechercher
  • Nicolas

L'AUTRE et le JE


J'ai toujours été un amoureux de l'Homme, stupéfait par ses prouesses, fasciné par sa manière de concevoir un être si parfait, et je me suis dévoué à l'autre, totalement. Lors des premières ruptures amoureuses, à l'âge de 18 ans, j'ai été très présent pour mes amis. Lorsqu'il est arrivé mon tour, aucun mot ne venait calmer mes plaies et blessures. Et puis, la vie a suivi son cours et je voulais être le meilleur aux yeux de mon père que je ne voulais décevoir, le plus beau aux yeux de ma fiancé, le plus doué dans mon travail aux yeux de mon assistante et collègues et je quêtais toujours plus cette reconnaissance et cet Amour extérieur. En réalité, je ne désirais qu'être aimé et j'étais prêt à tout pour cela, même à mentir. Et puis, en 2012, j'en ai eu assez de me perdre et ma soif d'Amour n'était étanché, ressentant ce mal-être toujours présent même si j'avais extérieurement absolument tout ce que je voulais ( matériellement et affectueusement) C'est à ce moment que j'ai décidé de me rencontrer et me connaître. J'ai alors découvert de plus en plus ce potentiel d'Amour qui était en réalité déjà présent en moi. Il m'a fallu alors pour le libérer, rencontrer mes pires peurs, mes freins, mes doutes, mon mental, mes certitudes, toute la construction de mon égo qui ne permettait plus d'accéder à mon Coeur. Mon sensible ( le yin ou le féminin ) était totalement écrasé par mon masculin qui ne faisait qu'agir : dans l'action, que l'action, par l'action, en se perdant un peu plus chaque jour. Je n'agissais en réalité qu'aux stimulis extérieurs, me faisant dicter ma vie, ne décidant de rien en fait. J'ai découvert ce sensible en moi, j'ai laissé naître mes émotions en les assumant, j'ai découvert la grâce, ressenti le beau dans la nature, le pur dans les yeux emplis de larmes ... et j'ai osé l'exprimer à l'extérieur, mettant ainsi mon masculin au service de mon féminin et c'est à cet Instant que j'ai pu découvrir une autre réalité, une autre perception, une autre vie en réalité. Les autres sont notre miroir car ils nous montrent le plus ce que nous avons à transformer. Mais en réalité, l'attachement à l'autre n'est que souffrance. Les mots parlent d'eux-même : attachement. Lorsque l'on exprime à son mari ou femme que l'on l'aime, on attend si l'on est un peu honnête qu'il comble nos souffrances pour moins les sentir. On est toujours déçus tôt ou tard de l'autre, car nous attendons de l'autre. Le lien à l'autre est souffrant et le meilleur moyen de le rompre est d'apprendre à s'aimer. Si Je m'aime, je rayonne le UN que je suis et j'aime chacun et Tout ce que je rencontre de vivant, sans même pouvoir contenir ce flux d'Amour pur. J'aime donc cet autre, qui n'est qu'un autre moi et je n'attends rien de lui. C'est cela aimer : simplement émaner ce que nous sommes, sans essayer de convaincre, de montrer, de prouver...quoique ce soit. L'Amour est si simple. L'extérieur ne fait que nous perdre mais il nous rassure car en réalité, nous avons peur de nous rencontrer, encore plus de nous aimer. C'est seulement à ce prix que l'on pourra vivre, aimer, rayonner...et vivre des états que l'on ne peut expliquer avec des mots tant le ressenti est bon et puissant.


18 vues